Patrimoine local

Patrimoine

LA TOUR DE FA

Quand la « Tour de FA  » a rendez vous avec le soleil

Cette tour serait elle sur l’emplacement d’un antique observatoire solaire?

FA: Villa de Fano, 1232, Castrum de Fano,1319,Fan, 1571, puis définitivement arrêté en 1594 sous la forme toujours actuelle de Fa.*

D’après l’archéologue suisse Dominique CLERC, de la ville d’Avenche, l’origine de ce lieu était fort probablement romaine, et comportait un fanum qui était un édifice de culte se situant toujours sur une proéminence.Toutefois, cela n’empêche nullement que ce site, et particulièrement cette hauteur, fut déjà connu dans la haute antiquité pour sa situation probablement singulière, même si nous, au XXIéme siècle, ignorons les raisons exactes ou les données scientifiques particulières de nos anciens.

C’était très probablement un lieu dédié à Jupiter ainsi qu’il est également dit à propos de Fanjeaux ( aussi dans l’Aude)dont le nom ancien était Fanojovis.

Il en est de même pour Laroque de Fa ( dans les corbières Audoises)aux origines également similaires.

Ce qui nous est donné de remarquer de nos jours,concernant cette tour qui fut construite ou reconstruite au moyen âge,c’est qu’elle est, boussole en mains, parfaitement orientée aux quatre coins cardinaux.Ce ne sont point les angles qui se trouvent concernés, mais les faces.
La face qui est dirigée vers l’actuel village de FA, c’est celle qui est orientée vers le nord.Les « fanols » quelque peu observateurs auront remarqué que sous cet angle on ne voit jamais le soleil à partir de l’équinoxe d’hiver, c’est à dire du 23 septembre jusqu’au 30 ou 21 mars**.

« La légende raconte que lorsque la construction de la tour fut terminée, la face Nord se plaignit de ne jamais voir le soleil .Il lui fut alors répondu: puisque tu ne m’as pas vu depuis six mois,alors tu auras un privilège unique que les autres faces n’auront jamais et il te sera donné de me voir deux fois par jour pendant toute la période d’été. »

Il est bien vrai qu’à partir du 21 mars, la face Nord de la tour va , petit à petit, comme par magie, s’éclairer des rayons solaires deux fois par jour.
Le matin lorsque le soleil se lève , et puis le soir lorsqu’il se couche.

Ainsi, plus nous avançons vers l’été et plus effectivement cette face de la tour bénéficiera des rayons solaires jusqu’à son apogée au 21 ou 22 juin, jours du solstice d’été.Par la suite , l’ensoleillement se réduira lentement jusqu’au 21 septembre, pour ensuite ne plus réapparaître sur cette surface jusqu’au mois de mars de l’année suivante.

G.K

* Dictionnaire topographique du département de l’aude.Imprimerie nationale, Paris

**Equinoxe: chacune des deux périodes de l’année où, le soleil passant par l’équateur, le jour a une durée égale à celle de la nuit, d’un cercle polaire à l’autre.

BIBLIOTHEQUE

LE BIBLIOBUS , mis en place par le Conseil Général, est présent tous les jeudi au foyer de FA. Alison vous y accueille de 13h30 à 15h30
n’hésitez pas à choisir parmi les nombreux livres et découvrir romans et autres histoires.

« Une bibliothèque, c’est le carrefour de tous les rêves de l’humanité. »
Julien Green

Hébergement en gîtes

Chambres d’hôtes:

  • DOMAINE DE LUZENAC
    luzenac
    11260 FA
    Tél : 33 (0)4 68 74 02 73

Meublés:

  • LA CAVE
    la-cave
    hameau de Ramounichoux
    11260 FA
    Tél : 33 (0)4 68 11 40 70
  • DOMAINE DE LUZENAC
    luzenac
    11260 FA
    Tél : 33 (0)4 68 74 02 73
  • Lafage Hubert
    6 chemin du moulin
    Tel : 33 (0)4 68 31 42 21
  • Elsom Jonathan
    2 rue de l’église
    11260 FA
    Tél : 33 (0)4 68 69 33 20

Pour les villages environnants voir le lien ci dessous:

www.aude-pyrenees.fr/Francais/Accueil/

Santé, urgences

SAMU : 15

POMPIERS : 18

Médecins:

  • SANDMANN Georges 65 rue de l’égalité 11260 Espéraza 0468743015
  • BAILLE Catherine 6 rue Pasteur 11260 Espéraza 0468741690
  • COUE Eric 6 rue Pasteur 11260 Espéraza 0468741690
  • GRAND Cécile 26 rue Elie Sermet 11260 Espéraza 0468741031
  • GRAND Michel 26 rue Elie Sermet 11260 Espéraza 0468741031
  • LE GOÏCK Annick 26 rue Elie Sermet 11260 Espéraza 0468741031
  • RITTER François 21 rue Condorcet 11260 Espéraza 0468741961
  • HODEIGE Dominique 2 rue de l’église 11190 Couiza 0468740070
  • CORBY Hugues 1 avenue de la jonquières 11500 Quillan 0468200028
  • DALATI Mazen Rue Docteur Roueylou 11500 Quillan 0468202115
  • ELHABCHI Mohammed 53 bis grand rue Vaysse Barthélémy 11500 Quillan 0468209757
  • MELGAR Jean Luc rue Docteur Roueylou 11500 Quillan 0468742115
  • PECH Michel Montical 11500 Quillan 0468200293

Pharmacies:

  • Pharmacie Cadène 23 rue Victor Hugo 11260 Espéraza 0468741582
  • Pharmacie Gary 7 avenue de la gare 11260 Espéraza 0468741582
  • Pharmacie Rougé route des Pyrénées 11190 Couiza 0468748509
  • Pharmacie Fouet-Chaubet 2 boulevard Jean Jaurès 11500 Quillan 0468201277
  • Pharmacie Wissemer-Marty 2 rue Jules Ferry 11500 Quillan 0468200426
  • Pharmacie Alandry 4 rue Pasteur 11500 Quillan 0468200026

Dentistes:

  • CASTILLA Dominique 3 rue de Verdun 11260 Espéraza 0468205045
  • SARDA André Place Léon Roche 11190 Couiza 0468740080
  • PINSART Gilles Place Léon Roche 11190 COUIZA 0468690690
  • SAUZE Jean 7 avenue Sauzède 11500 Quillan 0468200790
  • ANNE Georges 42 grand rue Vaysse Barthélémy 11500 Quillan 0468202139
  • PEYRE Denis 4 rue Pasteur 11500 Quillan 0468200511

Infirmiers:

  • GOUDE Françoise avenue de la république 11260 Fa 0468743976
  • GENEVIEVE Christian avenue de la république 11260 Fa 0468743976
  • HUMEAU Armelle chemin de la capeille 11260 Fa 0468313993
  • RUILLERE Brigitte rue Jean Moulin 11260 Fa 0468740214
  • ROUX Gérard Pla de Fa 11260 Fa 0468742960

Histoire

brève synthèse historique

Un site occupé sans interruption de l’âge du bronze (1800-800 av. J.-C.) au Bas-Empire (235-476)

Tous les chercheurs locaux et les archéologues s’étant intéressés à l’histoire du lieu s’accordent pour dire que le site de Fa a été habité depuis la plus haute antiquité. Les preuves matérielles de leurs hypothèses restent encore peu nombreuses aujourd’hui, les quelques fouilles archéologiques ayant été opérées ne permettant pas un descriptif détaillé de l’histoire de la commune.

Quelques découvertes ont pourtant permis d’attester d’une occupation précoce : mobilier de l’époque du bronze ancien/moyen, restes d’occupation ou d’habitats protohistoriques du bronze final, et du début de l’âge du fer (tessons, meules etc.), mais surtout, retrouvées au milieu du XVIIIe siècle, deux roues de char votif en bronze, datées des VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.

De faible diamètre, elle devaient être complétées par des débords en bois, fixés par dix rivets. Trop petites pour appartenir à un char de transport ou à un char de guerre, c’est l’hypothèse du char cultuel qui a été retenue : dans le culte du soleil, ce type de char servait probablement à transporter, lors des processions, le symbole solaire. Fabriquées en Suisse ou dans le nord de l’Italie, elles témoignent à la fois d’une technique très évoluée et de l’existence, dès cette époque, de relations éloignées.

Elles sont aujourd’hui conservées au musée St-Raymond de Toulouse.

une des deux roues de char cultuel découvertes à Fa
bronze coulé d’une seule venue, à la cire perdue en deux moules gravés en creux.
Fin de l’âge du Bronze final (1350-800 av. J.-C.)

Les prospections et inventaires réalisés jusqu’à aujourd’hui ont révélés avec certitude des traces d’occupation romaine : médailles et monnaies, tessons de poteries vernissées, amphores, tombes et urnes cinéraires, trace d’anciennes voies, de pont et d’aqueduc, etc.
Le nom de la commune trouve probablement son origine dans cette période. Si il n’y a pas d’écrits antérieurs au XIIe siècle se référant au territoire de Fa, toutes les mentions médiévales sont sous la forme « Villa de Fano » (1232), puis « Castrum de Fano » (1319). Le nom évolue ensuite en « lieu de Fane » (1389-1589), « locus Fani » (1410), « Fan » (1571). « Fa » apparait en 1594.
Or, les noms suffixés en -anum sont caractéristiques de la domination romaine. Ils se contractent généralement en -an dans le Bas-Languedoc (Serignan, Loupian, etc.) et en -a accentué vers la Catalogne-Nord (Espéraza, Couiza, Fa, Sournia, etc.)
Le nom de la commune serait ainsi une contraction de « fanum », soit « le temple », dédié à une divinité païenne.
Autre hypothèse étymologique, celle d’une « villae Fabianus » qui aurait donné son nom au village et au ruisseau le traversant : le Faby. Cependant, l’existence de cette villa particulière n’ayant jamais été établie, l’hypothèse du « Fanum » reste la plus probable.
La tour de Fa : une fausse tour wisigothe

Longtemps attribuée à l’époque wisigothique (en l’absence de preuves, l’influent Louis Fédié – 1815/1899, auteur d’études sur l’histoire du Razès – avait rattaché ce monument ancien à la présence wisigothe) la tour de Fa est aujourd’hui unanimement reconnue comme étant un édifice médiéval.
Le terme de tour est d’ailleurs réducteur puisque la tour carrée de sept mètres de côté, aux murs épais de plus d’un mètre et d’une hauteur de 18 à 20 m environ, n’est que l’élément le plus visible d’un ensemble défensif assez élaboré. La tour ou donjon est située au centre du niveau le plus élevé, niveau d’une soixantaine de mètres de long, sur une vingtaine de large. Il est flanqué au nord (du côté du village actuel), sur toute sa longueur, d’un mur de soutien dont ne subsiste en élévation que l’angle ouest. Il domine le chemin d’accès nord, situé sur la terrasse inférieure, de trois à quatre mètres. Au sud et à l’est, le niveau supérieur est délimité par des murs de soutien, d’une hauteur de trois à cinq mètres.
La première mention connue de la tour de Fa date de 1258 où elle est l’objet d’un différend entre l’abbé d’Alet et l’archevêque de Narbonne, qui se disputent la propriété de l’édifice. Après l’avoir reprise par la force à l’archevêque, l’abbé d’Alet sera condamné en 1268 à payer les réparations des dégâts causés par ses mercenaires.

L’étagement des niveaux inférieurs reste marqué essentiellement au sud et à l’ouest du sommet. On y trouve, au pied du mur de soutien sud, d’importantes masses d’éboulis que la géologie ne peut expliquer et qui proviennent de l’effondrement de ce mur. A quelques mètres de ce premier mur de soutien, on détecte des traces d’un second mur parallèle au premier, coupé à intervalles irrégulier par des murs perpendiculaires. Cette dernière zone pourrait être la trace d’un habitat ancien concentré autour du château ou de la forteresse de Fa.
Cependant, peu de traces subsistent dans les archives (brulées ou perdues) sur l’histoire de Fa et des fouilles encadrées s’avéreraient particulièrement bienvenues afin de nous éclairer sur la signification précise de ces structures (castrum, village primitif ?) et sur leur âge.

Quoiqu’il en soit, la tour au moins existait déjà dans la première moitié du XIIIe siècle. De peu d’importance stratégique, l’ensemble ne sera pas converti en forteresse royale après les croisades. Cependant son état se dégradera peu, au moins jusqu’aux guerres de religion.

Les guerres de religion

En 1578, Fa sera occupé par les huguenots ; à cette occasion, la forteresse aurait pu être partiellement réaménagée ; il n’y aura finalement pas d’affrontement à la tour, les occupants battant en retraite sans combat le 26 mai 1579.

Suite aux guerres de religion, Fa passe de la tutelle religieuse de l’évêque d’Alet à la tutelle laïque du Seigneur Dax, dont la famille détient déjà les seigneuries d’Axat, de Leuc et de La Serpent, elles-aussi anciennes possession d’Alet. A noter que le château – ou la tour- proprement dit relevait de l’archevêque de Narbonne, qui y avait droit de justice.

Synthèse d’après les travaux de MM. Guilaine, Rancoule, Raynaud, Kiess & Fourié.
Inventaire des Monuments Historiques

Monument Date Localisation
Tour carrée et restes de fortifications adjacentes 12e – 13e siècle A 579, Fa

Objet Date Lieu de conservation
tabernacle et retable du maître-autel 17e siècle église, hameau des Sauzils
garniture du maître-autel : croix et 6 chandeliers 18e siècle église, Fa
croix d’autel 17e siècle église, hameau des Sauzils
2 plats à quêter 16e siècle église, hameau des Sauzils
cloche 2e quart 17e siècle église, Fa

Présentation de la commune

Notre commune

Le Village de Fa qui abrite aujourd’hui plus de 300 habitants ponctue l’accès à la vallée du Faby. Elle constitue un axe de passage historique entre l’Aude et la vallée du Quercorb. Ouvrant sur le pays de Foix, cette vallée a été occupée dès la protohistoire, comme en témoignent les deux roues de char cultuel datées de l’âge du Bronze, découvertes à Fa dans la deuxième moitié du
XVIIIème siècle.

Si Fa n’est mentionnée dans les textes qu’à partir du XIIIème siècle (village de Fano), il semble que l’origine du toponyme vienne du latin Fanum qui signifie temple.

A un temple païen originel aurait succédé un premier oppidum celtique puis romain.
Plusieurs traces liées à l’occupation gallo-romaine ont été découvertes sur le territoire de la commune et des hameaux environnants, notamment les emplacements de plusieurs villae datant du début de l’ère chrétienne, ainsi que des débris d’armes, de monnaies et de poteries vernissées.

Le noyau initial du village, situé probablement à proximité de l’actuelle tour de Fa aurait été déplacé pour être reconstruit de part et d’autre du Faby vers le XVIème
siècle.mes-images-3

Sous l’ancien régime, la communauté de Fa possédait deux hameaux: les Sauzils dont le nom occitan signifie saules et Galié qui dépend aujourd’hui de Rouvenac. En 1569, le village devint possession du Seigneur de la Serpent. En 1691, le village comptait 102 maisons réparties en 10 quartiers. Aujourd’hui Ramounichoux et les Sauzils constituent les deux hameaux du village

Hameau de RAMOUNICHOUX
ramounichoux2

Hameau des SAUZILS
sauzils